Published On: jeu, Fév 16th, 2017

Les Etats-Unis ont proposé la création d’une « zone de sécurité » pour les chrétiens et les Yézidis en Irak

Les ruines d'un temple yézidi à Bashika

Les ruines d’un temple yézidi à Bashika

La nouvelle administration des Etats-Unis étudie une proposition visant à créer une zone spéciale en matière de sécurité en Irak pour les chrétiens. Ce fait est rapporté par l’Agence de presse Fides. À la fin du mois de janvier, le Président des Etats Unis, Donald Trump avait déjà déclaré que l’Amérique doit défendre les chrétiens du Moyen-Orient.

Ces « zones de sécurité » pourraient être établies dans la vallée de Ninive (territoires nouvellement libérés de l’Etat islamique) située dans le nord de l’Irak. Il est également prévu de créer une zone pour les Yézidis dans le Shengal, ainsi qu’une zone pour les Turcomanes à Tel Afar. L’administration américaine désigne en ce sens les chrétiens d’Irak, les Yézidis et les Turcomanes comme des « alliés naturels des Etats-Unis dans la région. » En effet pendant leur séjour en Irak au cours des années 2003-2011, les troupes américaines n’ont subi aucune perte dans les régions habitées par ces groupes ethniques et religieux.

Le document qui traite ce projet, propose également d’utiliser un contingent international pour protéger ces zones de sécurité, y compris les troupes de la coalition antiterroriste internationale dirigée par les Etats-Unis.

Les experts de l’organisation non gouvernementale américaine IDF estiment que « la création de telles zones vise à décentraliser l’Irak ».  Ils rappellent en ce sens les paroles du premier ministre irakien, Haider Al-Abadi de l’année 2015 : « si l’Irak ne se décentralise pas, alors il disparaitra ». La mise en place de ces zones pourrait être le salut de ce pays. Le projet de la décentralisation remonte encore à la création du Royaume de l’Irak en 1921. Cependant il créée de la réticence, car on ignore encore par exemple comment seront gérées ces zones de sécurité. Le débat sur la décentralisation est revenu en 2005, lors de l’adoption de la nouvelle Constitution irakienne. Compte tenu des tensions constantes entre le pouvoir chiite à Bagdad, le gouvernement du Kurdistan irakien et des régions sunnites, le chemin vers une décentralisation plus prononcée serait un moyen de sauver l’unité du pays tout en préservant la mosaïque ethno-confessionnelle irakienne.

L’idée des « zones de sécurité » est notamment soutenue par des chrétiens d’Irak, qui ne veulent pas quitter les terres sur lesquelles ils vivent depuis 2 000 ans. Mais l’idée de la protection de ces zones par un contingent international rend ce projet délicat. En effet les pouvoirs irakiens voient dans cette initiative un prétexte à l’introduction de troupes étrangères en Irak et craignent qu’il s’agisse, en réalité des préparatifs à l’implosion de l’Irak, un plan qui avait été précédemment annoncé par Washington.

About the Author